Les méandres de l'injustice

Il y a tellement à dire que je ne sais par où commencer... Mais je n'ai aucune honte à dire que ce post vise avant tout à dénoncer les injustices et les personnes responsables!

Tout d'abord, commençons par la personne responsable de mon accident. Cette personne se nomme Mme Jeanne LE MINTIER DE LEHELEC. Si l'on se penche sur ce nom, après quelques recherches sur google, vous ne trouverez pas grand chose, à part peut-être ceci: une adresse sur Neuilly-sur-Seine, au nom de Monsieur... Mais je sais déjà qu'elle vit à Neuilly, via la police. Le reste concerne une famille de noble (comtesse, château en Normandie, etc...)
On me refuse toute information sur son identité et même après quelques heures de recherche sur internet, rien!... C'en est désespérant!

La suite concerne son assurance: Swiss Life! La responsable du dossier refuse tout contact direct avec moi! 
Voici tout ce qu j'ai pu obtenir comme information et interlocuteur:

"J’ai contacté la gestionnaire adverse qui n’a pas souhaité me communiquer son email professionnel. Par contre, la gestionnaire de SwissLife dont les coordonnées suivent ci-dessous ne voit pas d’inconvénient à ce que vous la contactiez directement sans passer par notre intermédiaire, par courrier.

SwissLife
MME CHRISTELLE LEROUX
7, rue Belgrand
92682 Levallois – Perret Cedex
Dossier PFJ 06149763"

En recherchant sur les pages jaunes, on retrouve trois numéros de téléphones à cette adresse, mais rien ne dit qu'il est possible de la joindre directement! Bien arrangeant pour cette dame je suppose...
Cet extrait de mail provient de mon assurance (CIC Assurances). Aucune information supplémentaire ne pourrait donc m'être communiquée. Ainsi, il est clair que la personne en charge de mon dossier n'est pas prête à assumer les décisions prises à mon égard!
En effet, depuis e 12 avril 2013, la pris en charge nécessaire à mon quotidien, c'est-à-dire l'intervention de deux auxiliaire de vie prescrite par mon médecin traitant n'est plus d'actualité! La raison? Et bien il faut croire que deux autres médecins ne me connaissant absolument pas autrement que par des compte-rendus succins sont de meilleur avis que mon médecin traitant qui me connait depuis des années et connait bien mieux mon état puisqu'il me voit tous les mois et suit de près l'évolution de mon état! Pour preuve, l'ordonnance de mon médecin traitant dont je tairai le nom. 


Ces deux "médecins experts", un pour chacune des assurance, estiment qu'ils ne peuvent statuer sur mon état et se trouveraient donc dans l'incapacité de déterminer mes besoins en aide humaine!! Bien entendu, lorsque "je" leur ai demandé des explications, j'ai eu la "pauvre secrétaire" qui n'y peut strictement rien en ligne, sans avoir la possibilité d'avoir directement l'un ou l'autre de ces deux "médecins" Et ils n'ont transmit aucune autre information que le seul fait qu'ils ne pouvaient statuer! Alors donc, voici les deux "médecins", apparemment incapables de statuer sur le fait qu'une personne est réellement handicapée, même en ayant examiné cet personne (moi) et en ayant donc pu le voir de leurs propres (pas si sûre!) yeux. M. COCKENPOT, et Mme CAULIEZ. Comme vous pouvez le constater sur et extrait de courrier reçu par mon assurance, pou preuve.


Voici également un extrait également un extrait du mail de mon assurance m'informant de cette décision:

"Un point a été fait avec la compagnie d’assurance adverse.
En l’absence de conclusions médicales, la partie adverse refuse de s’engager s’agissant de la prise en charge de l’aide-ménagère."

Vous comprendrez donc ma colère lorsqu'il s'agit de me faire passer pour une personne qui, pour ce que j'en comprend, simule son état! Il est vrai que ces personnes se trouvent plutôt vexées de constater à quelle point je suis informée sur la maladie dont je souffre (algoneurodystrophie) et que je suis capable, à leur grand désarrois, de comprendre le langage médical qu'ils emploient afin de me perturber! En effet, je ne suis pas médecin et je ne comprends pas toujours toutes les expressions qu'ils emploient. Mais est-ce donc un crime que de s'informer de ce dont on souffre et de vouloir comprendre chaque terme médical employé afin de pouvoir bien comprendre ce qui est dit à mon sujet?! A ma connaissance, il n'en est rien! Et personnellement, je trouve mon attitude curieuse plutôt responsable au vu de tout ce que l'on me fait subir!

D'autant plus que certains de ces prétendus médecins tentent e me faire passer pour folle! Ah non! Pardon!
Pas "folle"! Psychologiquement fragile et et déséquilibrée! En langage simple, bonne à enfermer! C'est exactement ce que j'ai pu ressentir lors de ma consultation avec le "médecin de la douleur" (un rhumatologue en possession de mon dossier médical complet, qu'il n'a apparemment pas pris la peine de parcourir) de l'hôpital St Philibert, à Lomme. Ce monsieur a pris à part, et par deux fois, la personne qui m'accompagnait pour lui expliquer que mon cas était uniquement psychiatrique et que n'avais aucun besoin de lui ou de mon lourd traitement, mais plutôt d'un bon séjour en centre psychiatrique!! Et je n'ai nulle honte à publier ici les ignominies qu'il a osé rédiger à mon égard dans son compte-rendu de consultation. J'ai honte, surtout, pour ce M. HOUVENAGEL, qui croit mieux que moi connaitre ma douleur et me prend pour une folle demeurée,  à qui il a été incapable de parler en face, et en toute franchise!



Vous noterez qu'il ne se prive pas de me diriger vers un psychiatre, que je ne connais pas. Lors e la consultation, il m'a simplement dit qu'il souhaitait avoir l'avis de l'un de ses collègues, sans me préciser sa fonction!! C'est donc ça la médecine d'aujourd'hui?! Et bien de celle-ci je n'en veux pas! De plus, il n'a noté que ce qui pourrait me faire passer pour une déséquilibrée! En l’occurrence, je n'ai pas vu de psychiatre pendant mon hospitalisation, mais une psychologue. Ensuite, il a l'air de savoir bien mieux que moi quelles souffrances j'endure et les trouve non concordantes avec ma pathologie... sans même avoir consulté ma dernière scintigraphie qui dévoile une atteinte partant du genou (rotule) remontant jusqu'à la hanche et descendant sur le péroné. Et que veut dire ce point d'interrogation après le mot "algodystrophie"?! Enfin, il évoque un traitement erroné puisqu'il n'a pas mentionné la totalité de mon traitement (lamaline, gabapentine, citalopram, alprazolam, tiocolchicoside et klipal), tout en dénonçant l'utilisation de deux antalgiques. Il n'a apparemment tenu compte de l'explication que je lui ai fourni! Le lamaline m'empêche de dormir. Je le prends donc le jour. Le klipal m'aide à dormir. Je le prends donc le soir!

Mais... Une petite chose me vient soudainement à l'esprit... Ne suis-je donc pas la VICTIME de cet accident?! C'est pourtant ce qu'il me semblait! Et aujourd'hui, c'est moi que l'on juge. Et pas que sur mon état physique. Je serais donc une personne simulant ses souffrances endurées suite à une fracture multiple complexe du plateau tibial gauche (justifiée pourtant par des examens avec compte-rendus à l'appui et un suivi médical strict), et totalement déséquilibrée, au point qu'il vaudrait mieux la faire suivre de près dans un centre psychiatrique!

Alors forcément, après toutes ces épreuves subies, comme si j'étais LA coupable, je perds le moral! Mais suis-je donc bonne à enfermer parce que je crie à l'injustice?! Je ne le crois pas! Sinon, mon entourage aussi est bon à enfermer! Et mes enfants juste après moi! Eux qui me réclament justice chaque fois que je les vois, que je ne peux pas jouer ou sortir avec eux. Eux qui me disent Hein Maman, la police elle va attraper la méchante madame pou la mettre en prison et te donner tous ses sous pour que Gwen et Maria reviennent t'aider?!" Et oui! Les pauvres petits coeurs!

Alors oui! Aujourd'hui, JE CRIE A L'INJUSTICE! Je refuse de continuer à être traiter comme une moins que rien par l'assurance de cette folle du volant! Je compte bien contacter cette fichue assurance et je vous invite à en faire autant si le coeur vous en dit! J'ai un réel besoin d'aide humaine et je ne compte pas payer de ma poche une chose pour la quelle je ne suis pas responsable! De toute façon, e n'en ai pas les moyens! Et je pense ne pas avoir à me justifier lorsqu'un tas de rapports médicaux décrivent clairement l'état de ma jambe! Ainsi, les personnes responsables du chaos qui m'entoure aujourd'hui sont:

Mme LE MINTIER DE LEHELEC, responsable de mon accident et de ma fracture,
l'assurance SWISSLIFE, et la personne responsable du dossier qui se cache lâchement de moi,
la gestionnaire SwissLife, Mme LEROUX, qui laisse ses employés ne pas assumer leur décisions,
tous ces médecins qui remettent en cause mon intégrité en me faisant passer pour une folle simulatrice,
ma propre assurance qui ne fait que le strict minimum pour me "défendre" et faire valoir mes droits!


Je pense que personne ne mérite un tel traitement!