Une journée dans ma peau

Après une nuit agitée et perturbée par la douleur j'ouvre les yeux. Première sensation, ma jambe est lourde, sans grande réaction, me faisant souffrir... Il m'est totalement impossible de me lever dans ses conditions. Alors, pour atténuer un peu la douleur, à peine les yeux ouvert, je dois employer ma "méthode zen"...  Je suis par un café que me prépare mon ami, puis les médicaments en général... Ils mettent tellement de temps à faire effet!! Je me transfert péniblement, avec l'aide de mon ami, dans mon fauteuil pour aller jusqu'à la salle de bain... Un de mes rares déplacements dans la journée. La douleur me torture continuellement, comme si elle vivait en moi, en ma jambe. Je retourne me coucher... J'ouvre mon ordinateur, et la télévision, comme pour avoir une petite compagnie supplémentaire et un bruit de fond rassurant... Le temps d'émerger, de gérer la douleur, de trouver une position à peu près confortable, et Alice, ma kiné, arrive... Heureusement, elle est formidable! Elle fait travailler tout en douceur mes articulations et me masse la jambe à l'aide d'un gel froid... Lorsqu'elle a fini, ou peu de temps après, c'est au tour de Gwendoline ou Maria d'arriver... Ce sont deux personnes qui font parti d'une société d'aide à domicile. J'ai obtenu leur aide par mon assurance. Elles me préparent le repas, font du ménage, de la vaisselle, du rangement... Bref, toutes les tâches que je devrais normalement faire moi-même! Puis elles repartent et vient le moment le plus long de la journée! L'après-midi. Les médicaments du midi avalés, c'est ceux du matin qui commencent à faire un peu effet en général... Si seulement ils pouvaient calmer la douleur! Parfois, j'ai de la visite dans le courant de l'après-midi... Je me sens un peu moins seule lorsque mon ami est au travail. Quand je ne vois personne, c'est long, très long! Je m'occupe alors de diffuser ce blog sur les réseaux sociaux, pour qu'il soit connu et visité par un maximum de monde, pour ne plus me cacher! Si je ne suis pas trop fatiguée par la douleur, j'écris aussi sur ce qu'il m'est arrivé. Pas en résumé, comme ici, mais en détail! En fin de journée, Gwendoline ou Maria revient pour préparer le repas et refaire un peu de vaisselle ou ménage... Et puis surtout, quand elles viennent, on discute! Ca me fait du bien! Enfin, quand vient le soir, je prends ma dernière "dose" de médicaments, et je m'injecte ma dose d'anticoagulants, pour éviter une phlébite... Ensuite, je reprends le "boulot" sur mon ordi... Je regarde la télé entre deux... J'attends que les médicaments du soir fassent leur effet... Quand ça arrive enfin, je me dépêche de terminer ce que j'ai en cours, et je ferme mon ordi et la télé... Je vois double, je parle de manière incompréhensible... Il est temps pour moi de m'installer pour la nuit... Pour une nuit encore agitée et rythmée par les pics de douleurs. Demain est un autre jour...